Le Père Noël a du souci.

Publié le par Cipion

Le Père Noël a du souci.

Nous sommes le 24 décembre par une journée fraîche mais

ensoleillée. Sur le plateau de Cassède, juste au-dessus du Carami,

le petit lapin bleu, bien connu des chasseurs tourvains qui le

rencontrent souvent mais ne le tire jamais, le petit lapin bleu donc

joue avec sa petite copine Grisette. Elle a, à peu près, son âge.

Et est mignonne à croquer.

La journée est ensoleillée mais, dans la nuit, il a neigé. Tant neigé

que nos deux amis disparaissent parfois dans la poudreuse.

En jouant, en riant, en se jetant des boules de neige, ils s'éloignent

de leur maison et débouchent, presque sans s'en rendre compte,

dans une petite clairière où se trouve, en plein milieu, une adorable

cabane avec des rideaux aux fenêtres comme chez la vieille Adèle

dans le quartier des lapins.

Ils sont un peu intimidés, mais leur curiosité est très forte.

Ils s'approchent lentement, avec beaucoup de précaution, de la

petite cabane en laissant derrière eux de longues traces

dans la neige. En arrivant près de la fenêtre, située

juste à droite de la porte d'entrée, ils entendent un énorme

ronflement, énorme, ENORME !

Pris de panique, ils creusent rapidement un trou dans la neige, dans

lequel ils essaient de se camoufler. Pendant plusieurs minutes ils

tendent leurs grandes oreilles mais n'entendent que l'énorme

ronflement. Puis lentement apparaît le petit nez rose du lapin bleu.

Rien ne bouge, alors les deux amis sortent lentement de leur trou

et se hissent jusqu'au rebord de la fenêtre. Grisette, la plus

curieuse, essuie de sa petite patte la buée qui recouvre la vitre et

regarde dans la pièce. Et là, que voit-elle ? Et alors ? Murmure le

Lapin bleu. Re...regarde toi-même dit Grisette.

Dans un vieux lit tout déglingué, au fond de la pièce, il y a un

homme couché, il dort semble-t-il. Il a une grande barbe blanche

et un bonnet rouge sur les yeux.

Mais.... c'est le père noël ? dit le lapin bleu.

Ils n'en reviennent pas, ils n'en croient pas leurs yeux.

Très vite, le lapin bleu réfléchit et dit: « Bien sûr, nous sommes le

24 décembre -il regarde le soleil- et il est presque 4 heures de

l'après-midi, s'il ne se réveille pas ce sera une véritable catastrophe

car il ne pourra pas apporter leurs cadeaux aux enfants sages du

village, il y en a quelques-uns. " Il a sans doute eu une panne

d'oreiller. Alors que faire ? "

Ils sont déçus, tristes, désolés car eux aussi attendent le passage

du Père Noël. Prenant son courage à deux pattes, le lapin bleu se

met à taper très fort contre la vitre mais apparemment sans succès.

Plus fort encore, et encore. L'homme ne bouge pas. Serait-il

malade ? Ou...? Ah, non ! Il se met alors à taper avec ses

pattes arrières avec lesquelles il a beaucoup plus de force.

Boum ! Boum ! Boum !

« Mais tu vas casser la vitre », dit Grisette.

« Attention, il a bougé, murmure le lapin bleu ». Boum ! Boum ! Le

vieux bonhomme ouvre les yeux et grogne à haute voix: « Qui

est là ? Qui fait tant de boucan en pleine nuit ? ». En pleine nuit ?

Alors qu'il est plus de 4 heures de l'après-midi ?

Clignant des yeux, le Père Noël découvre alors Grisette et le lapin

bleu qui gesticule derrière la vitre. Se levant, il prend tout d'un

coup conscience qu'il est beaucoup, beaucoup plus tard qu'il ne

pensait. Il s'affole, ouvre précipitamment la fenêtre et part à la

recherche de ses bottes. Les deux amis rentrent dans la pièce, et

très émus, osent interpeler le Père Noël: « Tu es en retard, Père

Noël, les enfants vont être déçus si.... », « Oui, oui, les

interrompt le Père Noël, je sais, je sais, n'insistez pas et aidez moi

à retrouver mes bottes ». L'une est au pied du lit. Mais l'autre ?

Où est l'autre ? Ils cherchent partout et la retrouve enfin dans

la cuisine, sous la table. Ouff !

Chaussé de ses bottes, le Père Noël, essaie de sortir de la cabane

avec son sac plein de cadeaux. Mais le sac est trop large. Il faut

déballer une partie du chargement puis le remballer alors que le

temps presse. Grisette et le lapin bleu se démènent comme des

grands. Dehors, le Père Noël, prépare sa luge et y attelle les rennes

jusqu'alors installés douillettement dans l'écurie. Mais la luge est

rouillée, elle n'a pas servi depuis....12 mois! Vite il faut trouver de

l'huile. Le lapin bleu revient avec de l'huile d'olive trouver dans un

placard. Ça fera l'affaire !

La nuit commence à tomber. Vite! Vite! Le Père Noël charge

rapidement la luge et, hop, en avant....mais les rennes refusent de

partir. « Nous avons faim, nous avons soif, nous sommes trop

faibles pour galoper » disent-ils en chœur. A toute vitesse, le Père

Noël leur apporte un seau d'eau tiré du puits et Grisette et le lapin

bleu d'énormes brassées de fouin. Eux, les rennes, boivent et

mangent sans se presser. Dans le ciel, la lune fait son apparition. Le

Père Noël excédé crie « Allons, en avant, nous sommes pressés.

Nous avons beaucoup de retard ». « Ah, non, disent les rennes,

maintenant il nous faut digérer ». C'est le comble, c'est honteux,

c'est désespérant. Grisette et le lapin bleu ont envie de pleurer. Ils

ne savent plus quoi faire.

C'est alors que se fait entendre, venant du fond de la cabane un

bruit assourdissant. C'est le réveille-matin, l'énorme réveil, du

Père Noël, placé dans un plat rempli de pièces jaunes. De quoi

réveiller les plus sourds. Et....le lapin bleu qui tape sur la vitre. Où

sommes-nous ?

Pour le père Noël ce n'était qu'un mauvais rêve. Il saute de son lit

comme s'il avait 20 ans, ouvre la fenêtre et demande aux deux

amis: »Que faites-vous là ? Si loin de chez vous ?».

« Nous avions si peur que tu aies une panne d'oreiller » dit le lapin

bleu. « Que nous n'ayons pas nos cadeaux de noël » ajoute

Grisette.

« Et bien ça ne sera pas le cas si....vous avez été sages. Allez

chercher la luge qui est dans l'écurie ». La luge ? Elle est là, en

effet, et les rennes piaffent d'impatience. Tout est prêt pour le

départ. Oui, tout cela n’était un mauvais rêve !

Toutefois, le Père Noël est soucieux, il se gratte la barbe, il regarde

le ciel qui s'assombrit. « Je ne peux pas vous laisser seuls ainsi.

Il est tard maintenant et vos parents vont s'inquiéter et peut-être se

fâcher contre vous. Ce n’est pas très bon un soir de noël. Monter

donc dans ma luge, là, à côté de moi. On va se serrer. Je vous

déposerai au passage et ainsi tout le monde sera content. Je ne suis

pas sûr que vous retrouviez votre chemin.»

Et, de plus, il est ainsi rassuré.

Et en un instant ce fut fait. Le Père Noël, Grisette et le lapin bleu se

retrouvèrent très vite devant le terrier du lapin bleu où sa maman,

déjà inquiète, l'attendait. Elle fut ravie de faire la connaissance du

Père Noël sous les étoiles et la pleine lune. C'était féérique!

« Et hue, mes petits rennes » dit le Père Noël « Volez, volez, vite »

Et la luge s'éloigna dans le ciel au milieu des étoiles. Elle rejoindra

sans doute la lune lorsque la distribution des cadeaux sera

terminée.

« Au revoir Père Noël est grand merci ».

Mais, merci, merci de quoi ? Le père Noël vient d’oublier de déposer leurs

cadeaux ! Grisette et le lapin bleu en ont les larmes aux yeux.

« Je crois, les enfants, qu'il passera à nouveau » dit la maman du

lapin bleu avec un large sourire. Et les enfants l’ont crus ! comme

toujours.

Fin

Publié dans contes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
lire : la fin soit aussi peu rêveuse. Je n'avais pas vu l'erreur;
Répondre
C
Il n'y a que ceux (ou celles) qui ne font rien qui ne se trompent pas !! Merci pour vos remarques.
A
Bonjour,<br /> L&quot;histoire est très intéressante mais attention, il y a des fautes d'orthographe à corriger. Dommage que la fin soit aussi peu rêveur. Voyez si vous pouvez l'améliorer. Exemple : &quot;Vrai maman, mais quand ?&quot; .La maman hausse les épaules, les regarde d'air malicieux. (Cela laisse supposer que les cadeaux seront là. Cordialement
Répondre