Nos traditions de Noêl.

Publié le par Cipion

NOS TRADITIONS de NOEL en PROVENCE. Mamette et moi avons présenté ce petit « dialogue » sur scène à l’occasion d’une pastorale moderne( mi théâtre, mi comédie musicale) interprétée par un petit groupe d’amis. Il y a…quelques années !

Papé et Mamette parle de tout et de rien sauf que Papé veut raconter ce qu’il a connu lorsqu’il était « petit »…….

Papé : MON DIEU ! MON DIEU ! QUE CA NOUS SEMBLE LOIN

TOUT CA ….

Mamette : TOUT CA ? C’EST QUOI ?

P. : C’EST QUOI ? MAIS C’EST LES FETES CALENDALES BIEN SUR. LES FETES DE NOEL, LES FETES QUI DURAIENT….

M. : QUI DURAIENT, QUI DURAIENT, MAIS QUE VEUX-TU DIRE ? C’ETAIT

AUSSI LONG QUE CA ? IL N’Y AVAIT POURTANT PAS ENCORE HALLOWEEN A

CETTE EPOQUE ? ALORS ?

P. :HALLOWEEEN, HALLOWEEN, NE M’EN PARLE PAS ? C’EST

ENCORE UNE INVENTION DES ESQUIMAUX …..

M. : (se tournant vers l’assemblée) NE L’ECOUTEZ PAS, POUR LUI, LES

ESQUIMAUX CE SONT TOUS CEUX QUI DANS NOTRE HEMISPHERE HABITENT

AU NORD D’ORANGE, A L’OUEST DU RHONE ET A L’EST DES ALPES

– COMME MOI AVANT DE L’EPOUSER -. CA FAIT BEAUCOUP DE MONDE

N’EST-CE PAS ?

(puis s’adressant au Papet) ALORS ? ET TES ESQUIMAUX ?

P. : NE TE MOQUE PAS JE LES AIME BIEN TU SAIS.

MAIS REVENONS A NOS MOUTONS : AUTREFOIS LES ANCIENS

DISAIENT : « LA SAINT JEAN D’HIVER ET LA ST JEAN D’ETE

PARTAGENT L’ANNEE »

M. : (se tournant à nouveau vers l’assemblée) CA N’A, APPAREMMENT, RIEN A VOIR

AVEC NOTRE SUJET, IL FAUT ENCORE QUE JE TRADUISE : SAINT JEAN

D’HIVER C’EST SAINT JEAN L’EVANGELISTE (LE 27 DEC) ET SAINT JEAN

D’ETE C’EST SAINT JEAN BAPTISTE (NE UN 24 JUIN).

(s’adressant au Papet) MAIS TU DEVAIS NOUS PARLER DES FETES

CALENDALES ?

P. : AH, OUI ! MON ESPRIT VAGABONDE MAIS TOUS CES GENS LA

COMPRENDRONS…. AVEC L’AGE !! CHEZ NOUS, LE PREMIER

EVENEMENT QUI OUVRE LA PERIODE CALENDALE C’EST LA

SAINTE BARBE, LE 4 DECEMBRE

M. : LA SAINTE BARBE ? MAIS C’EST LA FETE DES POMPIERS, DES

ARTILLEURS, DES MINEURS……

P. : CHEZ LES ESQUMAUX ! MAIS PAS CHEZ NOUS. OU PLUTOT,

PARDON, PAS SEULEMENT. ICI, EN PROVENCE, BARBE, SAINTE

ET MARTYR, C’EST LA PATRONNE DES BRAVADEURS.

M. : LES BRAVADEURS ?

P. : OUI, MADAME L’ESQUIMAUDE, LES BRAVADEURS ! CES BRAVES

GENS ARMES DE FUSILS DE CHASSE ET QUI FONT TANT DE BRUIT

LORS DE NOS PROCESSIONS ET DE NOS PARADES FOLKLORIQUES.

LEUR HISTOIRE EST INTERESSANTE ET NECESSITERAIT UNE

SOIREE POUR ELLE SEULE. SACHE SEULEMENT QUE LA BRAVADE

LA PLUS RENOMMEE ACTUELLEMENT, ET LA PLUS

SPECTACULAIRE, EST CELLE DE SAINT TROPEZ ET QU’IL Y EN

AVAIT UNE, ASSEZ CONNUE, IL Y A PEU, A TOURVES, PRES D’ICI.

M. : BON ?D’ACCORD, MAIS REVENONS ENCORE A NOS MOUTONS, OU EN

SOMMES- NOUS DES FETES CALENDALES ?

P. : AH ! SI TU M’INTERROMPTS REGULIEREMENT NOUS N’Y

ARRIVERONS JAMAIS ! ALORS, POUR LA SAINTE BARBE, LE 4

DECEMBRE, PENDANT QUE LES BRAVADEURS COMMENCENT LA

FETE, NOUS, NOUS PLANTONS DU BLE ET DES LENTILLES…… AH,

NON, JE TE VOIS VENIR, TAIS TOI….. NOUS PLANTONS DU BLE

ET DES LENTILLES DANS DES SOUCOUPES OU MIEUX DES PETITS

POELONS DANS LESQUELS NOUS PLACONS DES GRAINS QUE

NOUS ARROSONS QUOTIDIENNEMENT. DE NOS JOURS, ON

N’ARRETE PAS LE PROGRES, JE SAIS QUE TU LES PLACES SUR UN

LIT DE COTON HUMIDIFIE, MAIS DE NOTRE TEMPS, LE COTON

N’ETAIT QU’HYDROPHILE ET RESERVE A D’AUTRES USAGES.

20 JOURS PLUS TARD LES JEUNES POUSSES REPRESENTERONS

LES RECOLTES A VENIR ET SERONT UN PRESAGE DE BONHEUR

ET DE PROSPERITE POUR TOUTE LA FAMILLE.

D’AILLEURS, LES ANCIENS DISAIENT : « A LA SANTO BARBO QUAN

LOU BLED VEN BEN TOUT VEN BEN »

M. : MAIS NOUS N’EN SOMMES TOUJOURS QU’AU 4 DECEMBRE !!

P. : JE TE RECONNAIS BIEN, TOUJOURS PRESSEE ! JUSQU’AU 20

DECEMBRE, DATE OU LES PLUS SAGES ET LES MIEUX ORGANISES

COMMENCENT LEUR CRECHE, LE BLE ET LES LENTILLES

PROSPERENT, VERDISSENT, FAISANT DE MAGNIFIQUES GERBES

QUE NOS GRANDS MERES ENRUBANNAIENT AVANT D’EN

DECORER LA CRECHE. MAIS NOUS N’EN SOMMES PAS ENCORE LA !

M. : MAIS NOUS EN SOMMES TOUJOURS QU’AU 20 DECEMBRE ? ALORS ?

P. : BON, POUR SATISFAIRE TON IMPATIENCE J’ARRIVE ENFIN

AU 24, A LA NUIT DE NOEL, LA NUIT DE LA NATIVITE, DE LA

NAISSANCE DU PITCHOUN JESU.

CE SOIR LA IL SE PASSE BEAUCOUP DE CHOSES DANS NOS MAS,

NOS BASTIDES , NOS MAZETS…. D’ABORD, EN DEBUT DE SOIREE,

« LOU CACHO FIO » – UNE TRADITION QUI SE PERD

MALHEUREUSEMENT – ELLE CONSISTE EN L’ALLUMAGE RITUEL DE

LA BUCHE DE NOEL, PAS CELLE DU PATISSIER. NON. UNE

VRAIE BUCHE DE BOIS D’ ARBRE, D’ARBRE FRUITIER : POIRIER,

CERISIER, OLIVIER, AMANDIER. SURTOUT PAS DE PIN, L’ARBRE

IMPORTE, ET DE FIGUIER QUI A LA REPUTATION DE PORTER

MALHEUR.

LE PLUS VIEUX ET LE PLUS JEUNE DE L’ASSEMBLEE METTENT LE

FEU A LA BUCHE QUE L’ON ARROSE PARCIMONIEUSEMENT, PAR

TROIS FOIS, DE VIN CUIT DE L’ANNEE. NOUS ENTONNIONS ALORS,

EN CŒUR, UN VERITABLE CHANT DE GRACE ET D’ALLEGRESSE

DANS LEQUEL IL ETAIT DIFFICILE DE FAIRE LA DISTINCTION

ENTRE LE PROFANE ET LE SACRE. LES PAROLES VARIENT

SUIVANT LES REGIONS MAIS EN GROS C’EST…… (comme s’il allait

chanter)

M. : AH ? NON ? NE CHANTE PAS, PAS CE SOIR. TU M’AS APPRIS ME SEMBLE-

T-IL LE TEXTE. C’EST A PEU PRES CECI :

QUE CETTE BUCHE SE REJOUISSE

DEMAIN SERA LE JOUR DU PAIN

QUE CHEZ NOUS ENTRE TOUT CE QUI EST BIEN

QUE LES FEMMES ENFANTENT

QUE LES CHEVRES CHEVROTTENT

LES BREBIS AGNELLENT

QU’IL Y AIT BEAUCOUP DE BLE ET DE FARINE

ET DE VIN PLEIN NOS TONNEAUX…

OH, NON ! PARDON, JE VOULAIS DIRE NOS CUVES !

CE N’EST PAS UN CHEF D’ŒUVRE LITTERAIRE !!!

P. : PEUT-ETRE, PEUT-ETRE MAIS ON DISAIT AUSSI EN LENGUO

NOSTRO « ALLEGRE, ALLEGRE. QUE DIEU NOUS DONNE JOIE ET

NOUS FASSE LA GRACE DE VOIR L’AN QUE VEN ET SI SIAN PAS MAÏ

AU MENS FUGUEN PAS MENS ».

APRES… C’ETAIT LE GROS SOUPER….. PAS LE REVEILLON…..

LE GROS SOUPER…

M. : C’EST LA MEME CHOSE, VOUS AVEZ SEULEMENT CHANGE DE

VOCABULAIRE

P. : PAS DU TOUT, PAS DU TOUT ! SERVI AVANT QUE NOUS

ALLIONS A LA MESSE, LA MESSE DE MINUIT , RIEN N’ETAIT LAISSE

AU HASARD.

IL Y A DE LA SYMBOLIQUE A CHAQUE COIN DE NOTRE TABLE,

DERRIERE CHAQU’UN DE NOS PLATS. LA TABLE….. C’EST

IMPORTANT LA TABLE, PARLONS EN !

M. : LA TABLE ? JE CONNAIS C’EST MOI QUI L’AI PREPAREE. ELLE EST

COUVERTE DE 3 NAPPES BLANCHES – TROIS ? CE CHIFFRE NOUS LE

RETROUVONS SOUVENT CAR C’EST LE SYMBOLE DE LA TRINITE – LES COINS

SONT RELEVES POUR QUE LES MAUVAIS ESPRITS NE PUISSENT PAS

GRIMPER DESSUS. IL Y A AUSSI 3 CHANDELIERS, GENERALEMENT BLANCS,

3 SOUCOUPES DE BLE OU DE LENTILLES GERMES (VOUS SAVEZ CELLES DE

LA SAINTE BARBE) LE MENU EST COMPOSE DE SEPT PLATS MAIGRES.

EN SOUVENIR DES 7 DOULEURS DE LA VIERGE. LES PLATS VARIENT

SUIVANT LES REGIONS. NOUS TROUVONS HABITUELLEMENT LA CARDE, LE

CELERI, LE CHOUX-FLEUR, LES EPINARDS, LA MORUE, LES ESCARGOTS,

LES OMELETTES ET LES ŒUFS DURS, LA SOUPE A L’AIL….

MAIS JAMAIS DE VIANDE UNIQUEMENT DU POISSON, DES COQUILLAGES,

DES GRATINS, DES SOUPES DE LEGUMES ET DE L’ANCHOIADE.

LA SEULE VERITABLE ABONDANCE, SI JE PUIS DIRE, CE SONT LES 13

DESSERTS. PLACES SUR UNE TABLE DRESSEE DE FACON IDENTIQUE A

CELLE DU REPAS, SA COMPOSITION VARIE AUSSI SUIVANT LES REGIONS

MAIS NOUS Y TROUVONS TOUJOURS LES 4 ORDRES RELIGIEUX MENDIANTS.

P. : ALORS , MAINTENANT C’EST A MOI DE TRADUIRE ! VOUS AVEZ

COMPRIS QUE NOUS SOMMES TOUJOURS DANS LA

SYMBOLIQUE. LES ORDRES MENDIANTS CE SONT LES

FRUITS SECS DONT LA COULEUR RAPPELLE LA ROBE DES ORDRES

RELIGIEUX : LA FIGUE SECHE ( LES FRANCISCAINS), L’AMANDE

(LES CARMELITES), LE RAISIN SEC (LES DOMINICAINS), LA NOIX

(LES AUGUSTINS).

M. : SONT TOUJOURS PRESENTS AUSSI : LES DATTES (SYMBOLE DU CHRIST

VENU D’ORIENT ) ; LES NOUGATS BLANC ET NOIR ; LA FOUGASSE A

L’HUILE D’OLIVE ( LA POMPE ) ; LES PATES DE FRUIT D’APT OU DE

CARPENTRAS ; LES OREILLETTES… ET ENFIN LES FRUITS FRAIS.

P. : C’EST VRAI, CHEZ NOUS IL Y AVAIT DU MELON (LE VERDAOU,

CE MAGNIQUE ET DELICIEUX MELON) ET DU RAISIN , CONSERVES

PENDUS DANS NOTRE GRENIER DE SEPTEMBRE A

DECEMBRE… AVEC LES PENDELOTTES, VOUS CONNAISSEZ ?

M. : AUSSI LES POMMES , LES POIRES ET PUIS CES FRUITS EXOTIQUES :

ORANGES, MANDARINES ASSEZ RAREMENT DES BANANES TOUJOURS

TRES CHERES….JE CROIS QUE LE COMPTE EST BON.

.

P. : NOUS NOUS METTIONS A TABLE APRES LE CACHO FIO ET LE

MENU DEVAIT ETRE CONSOMME AVANT LA MESSE DE MINUIT OU

NOUS ASSISTIONS TOUS SAUF….LES SACRIFIES OU LES

VOLONTAIRES POUR RESTER METTRE DE L’ORDRE A LA MAISON

ET…… PLACER LOU PITCHOUN JESU DANS LA CRECHE AU

DOUZIEME COUP DE MINUIT. PAS AVANT . AH ! IL FAUT EN

PARLER DE LA CRECHE. ELLE EST TOUJOURS LA, SUR LE BAHUT

OU, CHEZ MOI, SUR LA MACHINE A COUDRE. LA CRECHE, LES

SANTONS…. VOUS CONNAISSEZ SANS DOUTE TOUT SUR TOUT.

ALORS QUE VOUS EN DIRE ?

M. : TU PEUX TOUJOURS DIRE QU’IL EN EXISTE D’INOMBRABLES MODELES

DE LA PLUS MODESTE A LA PLUS RICHE. ALLEZ AU VAL VOUS LES

VERREZ PRESQUE TOUTES.

P. : C’EST VRAI. MAIS TU ME PERMETS DE TE REPRENDRE CAR DE

NOS JOURS IL FAUT DIRE « ALLEZ A LE VAL ».

IL PARAIT QUE C’EST PLUS FRANÇAIS. MAIS C’EST UNE

PARENTHESE. AH C’EST ESQUIMAUX !

LA PLUS SPECTACULAIRE DE CES CRECHES REPRESENTE UN

VERITABLE VILLAGE PROVENCAL, AVEC SES RUELLES, SES

MOULINS ANIMES, SA RIVIERE ET SES PONTS, SES ARBRES ET

SURTOUT, SURTOUT CE QUI EN FAIT SA VALEUR PAS SEULEMENT

ECONOMIQUE……. LES SANTONS, OUI, NOS SANTONS, LA VIE ET

L’AME DE NOS CRECHES ; CES PETITS BONHOMMES D’ARGILEQUI

FONT ENCORE REVER LES PETITS ET LES GRANDS ET QUI SONT A

L’ORIGINE DE CES VERITABLES COMEDIES MUSICALES QUE NOUS

APPELONS TOUJOURS LES PASTORALES, CES SCENETTES

PLEINES DE FRAICHEUR, DE MALICE ET DE SIMPLICITE . LE BON

DIEU DOIT AIMER CA ET, IL ME SEMBLE LE VOIR, LA-HAUT,

PENCHANT LA TETE HORS DE SON PARADIS DIRE« AH, LES

BRAVES GENS ! SI C’ETAIT A RECOMMENCER C’EST ICI, DANS CE

COIN DE PROVENCE, QUE NAITRAIT L’ENFANT JESUS »

M. et P. (ensemble) CE SOIR, C’EST « NOTRE » PASTORALE A NOUS QUE NOUS

ALLONS VOUS PRESENTER AVEC LE PAPET……

…..LA MAMETTE, MANON, GALINETTE, LOU BOSSU, FLORETTE,

CESAR DU BAR DE LA MARINE, MARIUS, FANNY, LES ROIS

MAGES ET NOUS EN PASSONS…

MAIS, CHUT ! ATTENTION ! ECOUTEZ, ECOUTEZ BIEN !

Nos traditions de Noêl.

Publié dans Lambeaux de mémoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article