La légende du 4ème roi mage...

Publié le par Cipion

LA LEGENDE DU 4ème ROI MAGE.

Noël est là ! Dans 12 jours ce sera l’Epiphanie, la fête des rois, des rois mages….

Vous connaissez, sans doute, l’histoire de ces rois mages qui, venus d’Orient, suivirent l’étoile des bergers, l’étoile de Noël, et offrirent à l’enfant Jésus de somptueux présents.

Mais combien étaient-ils ces rois mages ?

Les églises syriennes et arméniennes les disent au nombre de 12, comme les apôtres et les tribus d’Israël.

L’iconographie chrétienne la plus ancienne, celle des catacombes romaines (II° et IV° siècles) en montre 4 et, parfois, seulement 2.

Rapidement cependant, prédomine le choix de 3, les TROIS ROIS MAGES :

Gaspard, celui qui offrit le calice d’or ;

Melchior, qui arriva avec l’encens d’Abyssinie ;

Balthazar et cette gomme résine aromatique que nous appelons la myrrhe.

Toutefois, beaucoup d’entre-nous ignorent encore que le petit Jésus, lou pitchoun jesu, qui n’a alors que 2 semaines d’existence, le petit Jésus…

….dédaigna l’or de Gaspard,

….fit la grise mine à la myrrhe de Balthazar,

….et eut même des picotements aux yeux à cause de l’encens de Melchior.

Ainsi, nos trois rois mages regagnèrent leur pays respectif heureux d’avoir vu le Messie mais un peu déçus de n’avoir pu le faire sourire et même, à la limite, de l’avoir fait pleurer.

Peut-être est-ce une des raisons pour lesquelles, au retour, ils n’allèrent pas voir Hérode qui, pourtant, vous vous en souvenez, leur avait demandé avec insistance de repasser par son palais.

Après m’être remémoré tout cela, je me suis posé à nouveau la question : « Mais combien étaient-ils donc réellement, ces rois ? ». J’avais, il y a bien longtemps, entendu parler par mon grand-père, ce grand bavard, de l’existence d’un 4ème roi mage inconnu ou mal connu qui manqua le rendez-vous du soir de Noël.

Qui était-il donc ? Certains prétendent qu’il venait des Amériques….FAUX ; ou de la lointaine île de la Grande Bretagne….FAUX ; qu’il était le fils de Commios, ce glorieux roi des Gaules, chevelu, que César ne réussit jamais à vaincre… FAUX également ; qu’originaire d’Europe Centrale, il revint au pays pour fonder un royaume au bord du Danube…FAUX encore.

Mes recherches, extrêmement sérieuses, m’amènent à penser – vous en avez la primeur – que c’est dans un village du Centre Var, à Tourves, qu’Artaban fils du roi Salyens de la région d’Aquae-Sextae (Aix en Provence) aperçu l’étoile de Noël.

En effet, admirateur des astres – nous dirions aujourd’hui astrologue – il était monté sur la barre qui domine, au sud, le village pour observer le ciel lorsque, à l’est, bien au-delà de la Loube, il visionna cette étoile inhabituelle, presque magique. Elle l’invitait, lui sembla-t-il ! Il décida, sur-le-champ, de la suivre.

Au passage au village, il se munit de présents qu’il estimait précieux :

  • un marcassin dodu, capturé dans les taillis de Malacenam (Malausse) ;
  • deux fûts de vin des vignobles réputés de Darnagarum (Darnagare) ;
  • et trois pièces d’or de grande valeur, donc rares, venues de Carthage par la mer et par Marseille.

Parcourant les voies romaines que l’empereur Auguste venait d’édifier dans tout l’empire, celui qui devait être – vous l’avez compris – le 4ème ROI MAGE, arriva près de Rome où il croisa une famille d’esclaves nubiens, la mère et ses 14 enfants, en pleurs. Le père, gladiateur, venait de se faire tuer dans un combat au cirque, laissant sa progéniture totalement démunie.

N’écoutant que son grand cœur, il offrit son marcassin dodu aux 15 malheureux affamés.

Puis il s’embarqua pour la Judée dans le port de Taras – l’actuel Tarente, dans le golfe du même nom, au bas de la botte italienne -. Durant la traversée, au large de la Crête, des pirates arraisonnèrent le navire. Les 2 fûts de l’excellent vin tourvain leur fit rapidement perdre la tête et il fut aisé aux survivants, dont notre ROI MAGE, de les jeter par-dessus bord. Et le voyage reprit. Au lieu de la Judée, c’est à Alexandrie qu’il arriva. Là-bas, il se joignit à une caravane de bédouins qui remontait vers Damas…exactement la direction indiquée par l’étoile !

Malheureusement, vous vous en souvenez, Hérode, l’affreux Hérode, avait déjà ordonné de tuer tous les nouveau-nés mâles.

Notre 4ème ROI MAGE faillit même assister à l’ignoble sacrifice de jumeaux que des centurions s’apprêtaient à jeter dans un puits. Il s’empressa d’offrir à la soldatesque ses 3 pièces d’or de Carthage en échange de la vie des jumeaux. Ainsi ils furent sauvés.

Parvenant enfin en un lieu toujours tenu secret, où Joseph cachait sa famille pour échapper à la persécution d’Hérode, il se présenta un peu déconfit et…les mains vides au petit Jésus.

L’enfant Jésus, ouvrit de grands yeux devant ce bel homme –car il était beau Artaban ! – il ouvrit de grands yeux et…sourit.

Ce fut pour le 4ème ROI MAGE, qui n’apportait aucun trésor, ce fut la récompense suprême car, il avait les mains vides, cet homme de chez nous, mais le cœur plein de générosité.

Peu après il revint au pays heureux d’avoir fait sourire, lui, le petit Jésus… « Lou pitchoun Jesu », heureux et fier…comme Artaban !

Excusez du peu !!

Publié dans contes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article